rugby en direct
Accueil » Lois de Chabbat » Réchauffer la nourriture pendant Chabbat

Réchauffer la nourriture pendant Chabbat

Plata de Chabbat

  • Il est interdit de placer un aliment cru (ou pas suffisamment cuit) sur la plaque pendant Chabbat, même si l’on a l’intention de le retirer avant qu’il n’atteigne l’intensité de chaleur de Yad Solédete Bo, (c’est-à-dire, une chaleur dépassant la température de 40° Celsius). Il est interdit de cuire pendant Chabbat, même sur une plaque électrique allumée avant Chabbat..

Références : Guémara Chabbat, page 73a dans la Michna, Choul’han Aroukh, Siman 318, Saïf 3, Yalkout Yossef, volume 3, page 115.

  • Il est permis de mettre de l’eau chaude dans un thermos ou dans une bouteille en plastique qui supporte l’eau chaude, ceci ne s’appelle pas Atmana.

Références : Rav Ovadia Yossef dans Yabia Omer, volume 1, Siman 14, Responsa Beth Avi ; volume 3, Siman 95, Hazon Ich, Yalkout Yossef, Halakhot Chabbat, volume 1, page 114.

  • Un met solide déjà cuit, qui contient du jus ou de la sauce, peut être réchauffé le Chabbat en le posant sur une plaque chauffante, à condition que le liquide (le jus) soit en minorité par rapport au solide (viande, légumes…. .) et celui qui se l’interdit, que la bénédiction repose sur lui, cependant les Ashkenazim ne le permettent pas.

Références : Beth Yossef siman 253, Yéhavé Daât volume 2 siman 45, Yalkout Yossef volume 3 des Halakhot Chabbat siman 318 Saïf 55.

  • Pour les Séféradim : le pain peut être réchauffé en le posant sur une plaque chauffante pendant le Chabbat (sauf le pain congelé).
  • Cependant les Ashkenazim ne le permettent pas.

Références :
Séfaradim : Choul’han Aroukh siman 318 saif 5, Yalkout Yossef volume 3 des Halakhot Chabbat siman 318 Saïf 61, Knesset Hagedola, Siman 318, Rabbi Yéhouda Aïache dans Matté Yéhouda, Siman 318, Saïf Katan 3, Rabbi Avraham Ytshaki, dans Guinat Varidim, Klal 3, Siman 5, Maguen Avraham, Siman 318, Saïf Katan 17, Resppnsa Orah Latsadik, Ora Haïm, Siman 6, Responsa Avné Ezer, Siman 129, Responsa Har Tsvi, Siman 262, Rav Chalom Messas ZTL, dans le Responsa Chemech Oumaguen, Siman 26.

Ashkénazim : Rabbi Moché Isserlass Dans le Choul’han Arouh, Siman 318, Yalkout Yossef, page 224, note 70.

  • Nous avons rapporté qu’il n’y a pas de cuisson après cuisson pour le solide, par contre, pour le liquide, il y a cuisson.

Références : Michna de Chabbat, page 145b, Rabbénou Achèr, au 3ème chapitre de la Guémara Chabbat, Siman 11, Choul’han Aroukh, Siman 318 et 253, Saïf 3, Maguen Avraham, Siman 318, Saïf Katan 26, Rav Ovadia Yossef dans Yabiâ Omer, Volume 6, Siman 48, OT 15 et 16 et dans Yéhavé Daât, Volume 2, Siman 45, Yalkout Yossef, Halakhot Chabbat, Volume 3, page 224, Saïf Katan 70.

  • Pour les Séfaradim, iI sera permis de verser de la soupe bouillante d’une eau qui vient du feu directe ou de la plaque chauffante et de le verser sur du pain.
  • Les Ashkénazim, s’en abstiennent.

Références : a) Séfaradim : Rabbi Yossef Karo dans le Choul’han Aroukh, Siman 318, Saïf 5, Livyat Hen, Siman 49, Rabbi Yéhouda Aïach dans Maté Yéhouda, Siman 318, Saïf Katan 3, Rabbi Avraham Its’haki dans Guinat Varidim, Klal 3, Siman 5.
b) Ashkénazim : Rabbi Moché Isserlas, Siman 318, Saïf 5, Ben Ich Haï, Parachat Bo, Saïf 6, Yalkout Yossef, Halakhot Chabbat, Volume 3, page 224, Saïf Katan 70.

  • Pour les Séfaradim, il est permis de verser de l’eau bouillante sur le café en poudre, café turc ou nescafé, car le café a déjà subis la torréfaction.
  • Pour les Ashkénazim, seul le Nescafé sera permis.
  • Certains sont plus stricts en versant de l’eau dans un verre vide et ensuite, ils mettent la poudre de café et ceux qui font ainsi, que la bénédiction repose sur eux.

Références : a) Séfaradim : Michna Chabbat, page 145b, Tossafot Chabbat, page 39a, Rav Ovadia Yossef Chlita dans Yabiâ Omer volume 7 siman 7 et Yabiâ Omer volume 8 siman 35.
b) Livyat Hen, pages 64 et 65 ; Rav Tsvi pessah Franck z.t.l dans son responsa Har Tsvi Tal Harin Mévachel siman 8.
c) Rav Abba Chaoul dans Or Létsion, Volume 2, page 232. Yalkout Yossef, Halakhot Chabbat, Volume 3, page 224, Michna Béroura Saïf Katan 71 ;Rav Tsvi pessah Franck z.t.l dans son Responsa Har Tsvi Tal Harin Halakhot Mévachel siman 8 ;Rav Yitshak Yaakov Weiss Minhat Yitshak volume 9 Siman 27.

  • Certains préparent un concentré de café ou de thé avant Chabbat. Il faudra verser le concentré sur l’eau chaude et non le contraire, ce qui provoquerait une cuisson.

Références : Beth Méïr, Siman 318, Biour Halakha, Siman 318, Saïf 12, Rav Haviv, Volume 2, Siman 17, Yalkout Yossef, Halakhot Chabbat, Volume 3, page 224, Saïf Katan 81.

  • Il est permis de verser de l’eau chaude, sur les plats déjà cuisinés, soupes express, pates déjà cuites, séchées ….. car il n’y a pas de cuisson après la cuisson, comme nous l’avons déjà expliqué..

Références : Rabbi Ovadia Yossef dans le Responsa Yabiâ Omer, 8ème volume, Siman 35, Rabbi Itshak Yossef dans le Yalkout Yossef, volume 3, pages 226 et 462.

  • Il est permis de verser de l’eau chaude du récipient posé sur la plaque de Chabbat sur du sucre, car le sucre est déjà cuit. Par contre il est recommandé de prendre l’eau à partir d’un Kéli Chéni, et ceux qui font ainsi, que la bénédiction repose sur eux.a) Kéli Richon : Récipient se trouvant sur la plaque
    b) Kéli Chéni : Transvaser l’eau se trouvant sur la plaque, dans un 2ème récipient vide qui ne se trouve pas sur la plaque.

Références : Rabbi Yossef Karo, Choul’han Aroukh, Siman 318, Saïf 5, Maguen Avraham, Siman 318, Saïf Katan 31, Rabbi Yaakov Yaâbets dans Mor Ouktsiyâ, Siman 318, Michna Béroura, Saïf Katan 71, Responsa Yabiâ Omer, Volume 4, Siman 33, Ben Ich Haï, Parachat Bo, Ot 7, Responsa Maïm Haïm Messas, Siman 118, Yalkout Yossef, Volume 3 des Halakhot Chabbat, page 244, Saïf 77.

  • C’est une Mitsva de la Torah, d’être dans le Taânoug Chabbat (plaisir et joie du Chabbat), cette Mitsva est très importante aux yeux d’Hakadoch Baroukh Hou.

Références : Guémara Chabbat 118b, Guémara Roch Hachana, page 19a, Guémara Yébamot, page 93a.Choul’han Aroukh, Or Hahaïm, Siman 263 et 289, Saïf 2 et 4, Yéhavé Daât, Volume 4, Siman 24.

  • Même si cela engendre beaucoup de peine aux visiteurs, au risque d’enfreindre la Mitsva de Taânoug Chabbat, il est tout à fait permis de rendre visite aux malades (pas en voiture n’y en bus ou métro) le jour du Chabbat, car la Mitsva de Bikour Holim en apportant un apaisement et un réconfort aux malades (lui apporte 1/60e de sa guérison).
    Et toutes ces Mitsvot : Guémilout H’assadim (cette générosité envers les autres), Bikour Holim (rendre visite au malade), participation à 1/60e de sa guérison, sont bien supérieures aux yeux d’Hakadoch Baroukh Hou que le Taânoug Chabbat et toutes les peines existantes.

Références : Guémara Chabbat page 12b, Rambam Halakhot Chabbat chapitre 24 Halakha 5, Tour Choulhan Aroukh Ora’h Haïm Siman 287, Lévouch siman 287, Séfer Ramat Rahel volume 5 siman 14, Responsa Tsits Eliézer volume 13 siman 36.

URL courte: http://www.jattitude.net/?p=4479

Publié par sur Juin 28 2012. Archivé sous Lois de Chabbat. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article
US Green Card Lottery Application Form

Laissez une réponse

*

football en direct



Vidéos à la une

© 2017 Jattitude.net. All Rights Reserved. Connexion - Powered by LevSoft, Inc.| Designed by LevDesign, Inc.